La démarche qualité

L’organisation de la démarche qualité

L’HAD souhaite donner satisfaction dans ses réponses aux besoins et attentes, des patients et de leurs entourages, garantir une prise en charge et des soins de qualité et prévenir, le plus possible, les risques inhérents à toute activité médicale et paramédicale.

Notre structure s’inscrit donc dans une démarche continue d’amélioration de la qualité et de gestion des risques.

Une organisation « qualité et gestion des risques » est déclinée par chaque établissement d’HaD France et veille à :

  • Recenser l’ensemble des risques liés aux soins,
  • Lutter contre le risque infectieux par la mise en place de protocoles d’hygiène,
  • Prévenir les risques liés aux médicaments (l’équipe HAD assure le suivi de tous les traitements médicamenteux, depuis leur prescription par le médecin jusqu’à la surveillance d’éventuels effets secondaires),
  • Bien gérer les déchets d’activité de soins par la fourniture d’emballages spéciaux,
  • Définir des axes d’amélioration de la qualité et de gestion des risques en relation avec la commission des usagers (CDU).

En savoir plus

La prise en charge de la douleur

La douleur n’est pas une fatalité et n’existe pas sans raison. Les douleurs altèrent le confort et la qualité de vie.

La douleur peut être prévenue. L’équipe d’HAD dispose de supports pour évaluer régulièrement la douleur et en apprécier :

  • l’intensité,
  • la nature,
  • l’origine,
  • le retentissement sur la vie personnelle et l’environnement familial.

La douleur peut être traitée. Divers moyens peuvent être mis en œuvre pour la soulager :

  • des médicaments antalgiques de diverses natures,
  • des matériels physiques tels que glace, chaleur, électrostimulation, …
  • des techniques non médicamenteuses, telles que sophrologie, relaxation, …

Les indicateurs nationaux de suivi de la qualité

La diffusion des Indicateurs de la Qualité et la Sécurité des Soins (IQSS) vise à promouvoir la confiance des usagers envers nos établissements, donner une information objective sur la qualité de nos prises en charge, et nous inciter à toujours nos pratiques.

Mis en œuvre et contrôlés par la Haute Autorité de Santé (HAS) , ils mesurent le niveau de qualité des prises en charge par la traçabilité de certains éléments dans le dossier du patient et permettent d’améliorer nos interventions. Tous les ans sont évalués :

  • la qualité de la tenue du dossier patient, notamment le suivi du poids du patient, la traçabilité de l’évaluation du risque d’escarres, la qualité de la coordination de la prise en charge
  • la satisfaction des patients est mesurée à différentes étapes de la prise en charge par le biais de questionnaires remis aux patients et à leurs familles
  • le suivi des infections associées aux soins qui permet de mesurer l’engagement de l’établissement d’HAD dans la lutte contre ces infections

Le suivi de la prise en charge médicamenteuse

L’équipe de l’HAD doit connaitre tous les médicaments habituels du patient et ses possibles allergies afin d’éviter les oublis ou les erreurs. Tout au long de la prise en charge en HAD, il est nécessaire signaler tout changement de médicament ou de posologie, quel que soit le médecin prescripteur.

Les médicaments sont fournis par la pharmacie habituelle du patient, pour une durée de 7 jours.
Une étiquette est collée par l’HAD sur la carte Vitale pour rappeler au pharmacien que les médicaments délivrés sont payés directement par l’HAD.

Certains médicaments sont fournis uniquement par la pharmacie de l’hôpital.

Le transport des médicaments

Il est assuré par l’entourage, un professionnel de l’HAD ou le pharmacien.

La conservation des médicaments au domicile

Pour des raisons de sécurité, les médicaments prescrits pendant l’hospitalisation à domicile sont rangés dans une boîte fournie par l’HAD.

Certains médicaments sont rangés dans une mallette sécurisée dont seul(e)s les infirmier(ère)s ont le code d’accès.

Chaque semaine, l’infirmier(ère) coordonnateur(trice) vérifie le rangement des médicaments, la quantité disponible, la date de péremption, les nouvelles prescriptions ou l’arrêt des traitements. Les médicaments qui ne sont plus utilisés sont rapportés à la pharmacie de ville ou hospitalière par l’infirmier(ère) de l’HAD.

La préparation des médicaments

Si le patient est autonome, il gère lui-même la prise de ses médicaments. Sinon, l’infirmier(ère) prépare les médicaments du patient en utilisant soit son propre pilulier hebdomadaire, soit le pilulier fourni par l’HAD.

L’administration des médicaments

Le traitement est pris selon les quantités prescrites et aux moments prévus. Il peut être administré par le patient lui-même, son entourage ou l’équipe soignante de l’HAD.

La surveillance des médicaments

La surveillance du traitement repose d’une part sur la traçabilité de son administration et d’autre part sur l’absence d’effets indésirables. La prise des médicaments comme leur non-prise, est tracée, sur le plan de traitement de l’HAD, par le premier professionnel de santé qui passe au domicile après l’administration.

Vous pensez avoir besoin de l'HaD ? Parlez-en à votre médecin