Editorial de la présidente

Nous l'avons tous vécu, soit personnellement soit dans notre entourage : l'aspiration de toute personne est d'éviter un séjour à l'hôpital ou en clinique et, si celui-ci s'est avéré indispensable, que la durée de ce séjour soit aussi réduite que possible.

Désormais, l'évolution de notre système de soins permet que se concrétise ce souhait :

  • le progrès des thérapeutiques autorise de plus en plus l'administration de médicaments au domicile y compris les produits les plus complexes à manipuler,
  • l'accroissement du nombre de personnes âgées souffrant de maladies invalidantes, la charge en soins que leur état de santé impose conjuguée à la nécessité de les maintenir dans leur cadre de vie habituel, justifient au domicile, une coordination rigoureuse des interventions des professionnels de santé,
  • le déséquilibre financier de notre système d'assurance maladie amène à réserver les séjours dans les hôpitaux et les cliniques, aux problèmes médicaux les plus graves et aux actes techniquement les plus lourds.

Pour toutes ces raisons, le besoin d'hospitaliser un patient en établissement de santé avec hébergement se réduit.

Mais dans le même temps, cela oblige à ce que les prises en charge hors des murs de l'hôpital soient parfaitement structurées et sécurisées.

L'hospitalisation à domicile (HAD) répond à cette exigence de qualité.

C'est pour que tous les malades puissent en bénéficier que j'ai créé HaD FRANCE, afin que partout en France, y compris, dans les territoires les plus isolés, nul ne puisse se voir refuser d'être soigné chez lui.

Editorial de la présidente

 

Docteur Elisabeth Hubert
Présidente d'HaD FRANCE